Bienvenue Invité dans le Skyline
AFTERLIFE fête ses 1 an !
Venez découvrir les résultats du Gala Award 2012
Inscription pour le topic de groupe ici
Statistique du forum et commentaires des membres après un an d'ouverture ici

Partagez | 
 

 « Il y a toujours du bon dans la folie humaine » [with JULIET LESTER]:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: « Il y a toujours du bon dans la folie humaine » [with JULIET LESTER]:   Dim 22 Avr 2012 - 20:38


« Il y a toujours du bon dans la folie humaine »
________________________________

Eileen Nolands était arrivée il y a peu au skyline. La jeune femme s’était suicidée. En effet, elle subissait la même maladie que sa mère, c’était héréditaire: la Chorée de Huntington. La blonde avait vu sa génitrice littéralement décéder devant ses yeux, alors elle savait à quoi s’attendre. Elle ne voulait pas finir dans un état de démence profonde, sans être capable d’effectuer la moindre tâche du quotidien à cause de gestes incontrôlables et saccadés. Aussi, cette maladie la faisait maigrir à vue d’œil car impossible de se nourrir correctement: ça ne passait plus. Eileen avait quand même eu le droit à l’apparition de quelques symptômes: une démarche titubante comme si elle avait bu, une folie progressive à cause de cellules intellectuelles complètement anéanties et une agressivité hors du commun. C’était comme cela qu’une amie l’avait retrouvé chez elle. La belle était recroquevillée sur elle-même, en plein épisode de délire. Alors cette « bienveillante camarade » avait réussi à obtenir l’autorisation du père de Nolands pour la faire enfermer à l’hôpital psychiatrique. La jeune femme n’était pas restée longtemps. Elle avait profité d’un moment de lucidité pour se « sauver » de cet avenir morbide qui lui était réservé. Eileen s’était dirigée dans les cuisines, en évitant les surveillants sans trop de difficultés. Elle en avait profité pour prendre un couteau bien tranchant, un de ceux qui leur étaient interdits de peur que les résidents fassent une connerie, elle se l’enfonça bien profondément dans le cœur. Elle avait choisi une date bien particulière pour agir ainsi: c’était l’anniversaire des huit années de disparition de Ryan Berkley. Ce dernier était le grand amour de sa jeunesse. Elle y était toujours attachée, bien qu’elle ne le confiait pas. Leur couple battait de l’aile, ils avaient du y mettre fin au bout d'un an et demi car leur union était destructrice. Ryan se droguait et sa petite-amie ne pouvait encaisser cela. La blondinette s’était laissée accaparer par le cas de sa mère alors son amant s’était senti délaissé. Chacun avait ses raisons pour suivre sa route seul et ils le firent. Quelque part, elle ne s’en était jamais remise. Maintenant, elle se trouvait dans le même endroit que l’amour de sa vie… . Eileen ne comprenait pas vraiment ce qu’il s’était passé. Où était-elle exactement? Était-elle réellement morte? Son faucheur l’avait envoyé voir un psychologue car la blondinette était perdue. C’était assez dur pour elle d’envisager une nouvelle vie. Elle n’avait pas encore entrevu le fait que sa maladie était partie. Elle ne voulait pas sortir car elle pensait être un monstre déformé par des éléments de sa maladie qu’elle pensait persistante. Elle ne mangeait pas croyant sincèrement que rien ne fonctionnerait comme toujours, elle n’en avait plus l’habitude de toute manière. Elle devait tout revoir! Alors, elle suivait des séances avec un psy pour réapprendre à vivre et afin de concevoir ses possibilités mais également la réalité des événements. Aujourd’hui avait lieu une séance de groupe. Eileen ne savait pas à quoi s’attendre. Son médecin avait oublié de lui en parler. Or, elle se sentait obligée de venir. Elle désirait guérir, enfin elle n’en était pas sûre… elle était plutôt perturbée, elle n’avait pas souvent les idées claires et Nolands ne savait plus ce qu’être heureuse voulait dire donc la coutume la poussait à penser négativement. Toujours était-il, Eileen était présente. Le tout se déroulait dans une salle de l’hôpital, prévue à cet effet. Des gens étaient déjà présents à l’avance. Une jeune femme toucha Eileen par son expression de visage qu’elle ne pu qualifier par un terme adéquat. Elle l’observait discrètement. Elle semblait si jeune. Alors la blonde ne savait qu’en penser. Comme quoi la folie touchait tout le monde… des profils bien différents, enfin… les personnes qui étaient dans la pièce avaient toutes un trouble du comportement ou de bien drôles d’habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliet Lester
18 Février 1986 - 18 Février 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 30
ENTERRÉ LE : 03/01/2012
PROCHES EN DEUILS : 693
AVATAR : Katie Cassidy


MessageSujet: Re: « Il y a toujours du bon dans la folie humaine » [with JULIET LESTER]:   Lun 23 Avr 2012 - 12:29

Eileen Ҩ Juliet
« La folie, ce n'est pas de parler aux murs, c'est de les entendre répondre »