Bienvenue Invité dans le Skyline
AFTERLIFE fête ses 1 an !
Venez découvrir les résultats du Gala Award 2012
Inscription pour le topic de groupe ici
Statistique du forum et commentaires des membres après un an d'ouverture ici

Partagez | 
 

 Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Jeu 5 Juil 2012 - 8:36

quand la passable rigidité rencontra l'excès !
« mark & helen »



Quand elle avait reçu l'appel, une voix dans sa tête lui jurait que c'était une erreur et qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'aller rencontrer cette personne. La jeune femme ne niait pas en avoir besoin, depuis June et ce qui lui était arrivé, elle en avait plus besoin que jamais mais Helen l'admettait mal. Comme encore beaucoup de monde à leur époque, la brune croyait dur comme fer qu'aller dans un tel endroit, dans ce cabinet, relevait de la démence ou tout du moins de la déficience intellectuelle. Ce qu'elle pouvait avoir des principes ainsi construits sur des idées toutes reçues ! A son âge, beaucoup auraient trouvé cela navrant. Il y avait encore tant de choses à connaître, à apprendre et à comprendre … Avec ses principes, elle se bloquait une nouvelle ouverture d'esprit.
En proie à un dialogue bien réparti entre sa raison et ses a priori, Helen espérait que quelque chose vienne la sauver de ses réflexions. Mais rien, aucune apparition miraculeuse ou catastrophe naturelle pour l'empêcher de penser. Pour une fois qu'elle croyait en une force supérieure ! Big Brother avait loupé sa chance de faire d'elle une fervente croyante !
Prestant face à son rendez-vous et cette rencontre qu'elle ne se voyait plus annuler, la brune enfila sa veste et s'empara de son sac, vérifiant la présence d'un ou deux billets, de quoi payer à la sortir de cet entretien. Quand elle pensait que le tarif pour une heure de bavardage allait avoir un prix exorbitant … Vraiment, quel argent jeté par les fenêtres ! C'était du vol, de l'escroquerie à ce rythme !
Sur ces pensées très positives, Helen sortit de chez elle et rejoignit son cher véhicule qui, lui, ne la trahissait jamais. Elle ruminait, se détestait. Qu'est ce qu'il lui avait pris de prendre ce rendez-vous ! Elle devait réellement être dérangée ce jour-là ! C'est qu'en plus, sa mémoire c'était bien gardée de lui rappeler cet écart de conduite ! Il avait fallu que la secrétaire la rappelle pour confirmer le rendez-vous pour que cela revienne à son esprit … Elle se maudissait. D'humeur passablement mauvaise, elle grimpa dans le véhicule et roula jusqu'au cabinet, prête à faire demi-tour à chaque instant.

Le lieu était calme. Un arbre ou deux, des bâtisses jumelées et fermement collée, le petit cabinet avec sa plaque d'or sur la devanture se trouvait serré entre les deux. Avec sa porte en verre et sa grande fenêtre barrée d'un rideau opaque, le local paraissait presque abandonné. Le lieu ne devait pas vraiment être lumineux … et ça se disait vouloir apporter la paix et la lumière dans l'esprit des gens ! Bah tiens ! En entrant la dedans, Helen était sûre de voir son moral descendre un plus bas encore, c'était pile le genre d'endroit où commencer une bonne dépression. Un premier étage aux volets entre-ouverts, presque de quoi faire peur.
La jeune femme avança lentement, traversant la rue pavée comme si elle s'avançait au bord d'un gouffre. Précautionneuse, elle avait la sensation de s'aventurer dans l'antre du malin … et là Big Brother venait de renoncer définitivement à sa voix lors du vote ! Soudainement amusée par ses pensées exagérément fantaisiste, la brune se stoppa devant cette porte quasi transparente. Un couloir se laissait deviner et le lieu n'était toujours pas rassurant. Elle prit son courage à deux mains et s'avança, saisissant la poignet qui tourna d'elle-même avant de laisser la porte s'ouvrir vivement. Helen fit un pas en arrière, surprise. Une femme se tenait dans l'embrasure de la porte précédemment fermée et lui souriait outrageusement. Helen fronça des sourcils, qu'est ce qu'elle lui voulait celle-là ! « Mademoiselle Cosovic ? ». Oh non, pitié … pas elle. Et si ! Sur sa veste l'insigne … bonjour toubib ! Helen hésita à fuir à toute jambe. Un peu trop enjouée et guillerette, la psy en face d'elle ne lui laissa pas le temps de répondre, interprétant justement ce manque de réaction comme une réponse positive à sa question. La prenant comme une vieille amie par le bras, la psychologue dont l'engouement paraissait sur-joué et à l'allure particulièrement décontracte l'invita dans le local. Ca y est … elle était tombé dans l'asile de fou ! Condamnée à rester pendant quelques années avec cette madame folle-dingue et ses … perroquets ?? Pas possible … mais où avait-elle atterrie ? Au centre de la pièce qui terminait le couloir sombre, un volatile, particulièrement coloré semblait entreprendre un grand nettoyage de son voisin d'un blanc laiteux. « Je sais ce que vous pensez. » Ah, vraiment ? Quel devin ! ... Elle le savait ? Helen en doutait. « J'ai pour principe de dire qu'un psychologue aussi morne et terne que les pensées de certains de ses patients n'est pas bon pour le métier. Il doit être là pour aider, mettre les choses bonnes en avant et ne pas oublier l'aspect humain de sa vocation. » De ce pont de vue là, c'était gagné ! La brune pensait tout à fait l'opposée de psychologue morne et terne lorsqu'elle regardait la femme à coté d'elle. « Les animaux sont un soutien sans faille, ils peuvent nous aider dans notre tâche. Ils sont les premiers à comprendre et à ressentir les émotions par lesquelles passe l'Homme et le patient. » Allo, madame folle-dingue ? C'est d'un animal dont il est question ! Pas la peine de lui sortir tout ce charabia, Helen était persuadée d'être tombée dans une maison de fous. « Si vous voulez bien, mon cabinet est de ce coté. » La brune n'avait encore prononcé aucun mot et pourtant le médecin n'en paraissait pas particulièrement troublé. Celle-ci partait déjà en direction du dit bureau. Helen suivit ses pas. « Installez-vous. » La pièce était loin d'une antre sombre et ne donnait pas un teint blafard au médecin et son patient. Le rideau tiré, la pièce restait chaleureuse. Les murs d'un orangé-jaune des maisons du sud de l'Europe, une lumière claire se plaçait comme second soleil. Bien qu'artificiel, la clarté donnait une impression de chaleur et un sentiment estival. Elle s'assit dans le seul fauteuil libre et observa un peu les lieux. Son regard tomba enfin sur la psychologue qui la fixait, le visage serein mais inexpressif. « Comment allez-vous ? » Quoi ? Ah … la séance avait débuté. Helen avait presque oublié la raison de sa venue, ce cabinet la perturbait et la détendait à la fois. Les griffes sorties, pas du tout prête à se laisser mener par le bout du nez par ce drôle de personnage, la brune haussa les épaules. « Comment vous croyez que je vais ? » … La conversation débutait, elle n'était pas sûre de vouloir tout dévoiler et mettre son esprit à nue devant cette femme bien trop extravagante. Le médecin lui sourit en réponse et la détailla un instant. Là, Helen était mal à l'aise. « Vous n'avez plus mal ? » Mal ? De quoi parlait-elle ? Le regard interrogateur, elle ne sut que répondre. La psychologue comprit et son regard se posa sur un point, entre sa tête et son torse. La cicatrice. Une main maintenant plaquée sur la marque qui ressortait de son chemisier, la brune ne laissa rien paraître mais d'y penser, la marque la tirailla un peu. Elle réfléchit un instant à sa réponse. Elle décida de parler. La jeune femme savait déjà que le prix de la consultation serait bien élevée. Autant que la disparition de ses quelques billets serve à quelque chose. Elle allait se confier, livrer ce qu'elle voulait, vider son sac, puis partir comme elle était venue. Elle n'espérait rien de l'entrevue, tout juste s'apitoyer une nouvelle fois. Alors elle parla, cita la fusillade au centre commercial, June, son mal-être, sa dépression lorsqu'elle croyait Caleb mort, le tremblement et la destruction du vintage's hotel, la situation de June après cela, leur intervention chez elle, les retrouvailles avec Caleb. Elle évoqua même des personnes qu'elle avait tout juste côtoyé comme Juliet ou Mark peut-être aussi Sunny. D'autres encore, qu'elle considérait comme appartenant à ses proches : Jade, Lusitania, Riley et même Cassie …

Le soleil avait déjà beaucoup changé de position lorsqu'elle ressortit du cabinet. Elle avait tenu à payer les trois heures de discussion alors que le médecin ne lui en demandait qu'une heure. Elle s'était excusée d'avoir accaparée son temps, la psy l'avait rassurée. Les perroquets l'avaient salué à sa sortie. La jeune femme était maintenant dans sa bonne vieille voiture. Sa bonne vieille voiture qui refusait de démarrer. Les nerfs soudain à vif, elle retint quelques larmes de rage et sortit de son tacot. Le capot ouvert, elle vérifia les jauges et analysa la situation. Tout était bon, pas d'eau dans l'huile, rien ! Alors quoi ?! Le véhicule voulait revenir sur ses précédents mots ??

HELEN ▬ C'est bon ok, je retire, toi aussi tu peux me trahir quand tu veux !

A parler toute seule, elle passerait pour une folle mais tant pis. Elle n'y prêta même pas garde. Rageuse, elle referma le couvercle du coucou, s'empara de son sac et ses clés, et ferma le véhicule. Irritée de voir les quelques personnes présentes s'intéresser au cas d'énervement dont elle était la cible, Helen lança un :

HELEN ▬ Quoi ?!

Peu encourageant. Le regard soudain attiré par l'un de ces badauds, elle le reconnut :

HELEN ▬ Mark Wellington … Qu'est ce que vous faites là ?!

Tout juste agressive, Helen relativisait plutôt mal et restait fortement contrariée par cette fin de journée et l'extravagance de l'après-midi. Le gars Wellington pâtirait sans doute de cela.



Spoiler:
 

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Sam 7 Juil 2012 - 16:09


Mark s'éclatait comme un fou dans le Skyline. Cela faisait désormais deux années qu'il arpentait la ville et augmentait considérablement la criminalité à lui seul. Il avait réussi à installer sous terre également son réseau de drogues et tout cela marchait à merveille. Il fallait dire que Mark était un business man hors pair. Il avait le charisme et la gueule pour faire fortune dans ce genre de domaines. En y repensant, il avait une sacrée vie ici: son réseau, des filles quand il le souhaitait, plus de famille dans les pattes, la belle vie en somme.
Aujourd'hui n'était pas différent des autres jours. Il se leva du bon pied, regarda attentivement devant la glace ses cicatrices par centaines pour se remémorer que la vengeance était un passage obligatoire pour avoir droit à la rédemption puis il s'apprêtait pour aller arpenter les rues. Ainsi, il vérifiait que ses gars faisaient bien leur boulot pendant que lui se la coulait douce dans n'importe quel bar à n'importe quelle heure avec n'importe quelle fille.
Il sortit dans la chaleur digne d'un été splendide. Il contacta quelques uns de ses employés pour leur donner des directives rapides et alluma sa première cigarette de la journée. Ce fut régénérant et Wellington avait vraiment l'impression d'être en vie de nouveau. Cette marque à sa poitrine prouvait le contraire pourtant.

Il marcha pendant ce qui lui sembla près d'une heure avant de faire une pause devant un bâtiment qu'il affectionnait particulièrement. Lorsque Mark s'ennuyait, il adorait regarder les gens sortir de chez le psy, cela lui rappelait qu'il était peut être fou mais au moins, il ne comptait pas sur le système pour lui apporter un quelconque soulagement. Il portait tout seul ce poids et il le vivait très bien. Cela faisait bien longtemps que sa conscience avait disparu et il n'en demandait pas plus, il adorait cette sensation de pouvoir qu'il en retirait. Il n'avait peur de rien ni de personne, les limites n'existaient plus depuis des années.
Adossé à un véhicule quelconque, sa cinquième cigarette au bec, il regarda pendant près d'une heure ce qui se tramait dans cette misérable rue. Il finit par remarquer l'arrivée d'une vieille connaissance, Helen Cosovic. On pouvait dire qu'ils étaient très différents tous les deux et leur rencontre leur avait bien prouvé.

C'était un soir d'avril. Marky avait décidé d'être soft et d'aller se morfondre au cinéma. Cela devait être le seul soir où le caractère de Mark avait été dissipé par une quelconque nostalgie de sa vie de débauche perdue. Il avait malencontreusement bousculé Helen devant le stand de pop corn et c'est avec un sourire charmeur qu'il s'était presque excusé. Cette chère Cosovic n'avait pas apprécié son soi disant comportement de gentleman et ils avaient dû s'amuser pendant trente minutes à coups de vannes pas forcément sympathiques...
Après cet évènement, Mark n'avait vraiment pas oublié Helen. Elle devait être la seule femme qui avait résisté fermement à son charme légendaire et avec une dureté sans égale. L'heure du rappel avait sonné. De loin Wellington constata qu'elle ne semblait pas dans son assiette mais peu importe. Il la regarda pénétrer dans le bâtiment puis attendit cinq minutes avant de se lancer.
Il se dirigea, la clope au bec, vers le véhicule de Cosovic. Il ouvrit le capot et débrancha deux trois fils qui empêcheront certainement la jeune femme de redémarrer. C'est avec un sourire narquois qu'il retourna s'adosser contre le véhicule abandonné en face de la rue. Trente minutes plus tard, la belle sortit enfin et pénétra dans son véhicule, l'air hagard. Elle tenta en vain de démarrer et commença à s'énerver en insultant les passants. Puis, elle le remarqua, Mark sur son véhicule, souriant.

C'est comme ça qu'on dit bonjour Cosovic? On a des petits soucis mécaniques à ce que je vois, c'est fort dommage!

Puis, il s'approcha. Il s'adossa à la voiture d'Helen. Il faisait en sorte de l'irriter encore plus certainement. Mark était décidément d'excellente humeur aujourd'hui et il était déjà 16h...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Dim 8 Juil 2012 - 11:38


Jour à marquer d'une grande croix comme étant l'un des pires du mois … de l'année peut-être. Mark Wellington. Gueule d'ange mais caractère de démon ! Il fallait que cet homme surgisse au moment le plus inopportun pour la mettre dans un état d'énervement impossible. Ce qu'il pouvait l'exaspérer et l'irriter. Il était comme de la mauvaise herbe. Débarrassez-vous en et revoyez-le surgir peu de temps après. Elle n'était pas sûre de ce qu'il était. Il apparaissait sain et … en même temps, il y avait comme quelque chose de tordu en lui. Elle ne l'avait pas vu si souvent et possédait pourtant une opinion toute faite. A croire qu'elle ne tirait pas leçon du passé. La jeune femme avait déjà vécu ce genre de choses, avait déjà eu des à priori sur quelqu'un. Ce quelqu'un, Cassie Williams, avait su lui montrer son erreur. En était-il de même avec Mark ? L'homme qui lui faisait présentement face avait tout pour réussir et pourtant, il n'apparaissait pas comme un gagnant ! Son passé, son présent et son avenir de débauche agressaient la rétine. Cet homme était irrécupérable. Il avait pourtant quelque chose de touchant et Helen était sûre qu'en d'autre circonstance, Mark aurait pu faire mieux, devenir meilleur. La jeune femme espérait cela. A vrai dire, elle vouait une telle foi en l'espèce humaine et en sa bonté que s'en était navrant. Elle aurait du prêter plus attention à ce que disait ses collègues, de son vivant. Ceux qui n'avaient plus foi et ne laissaient aucune chance aux rebuts de la société qui croupissaient en prison. Geôlier était un métier dur et il n'était pas question de faire dans le sentiment pourtant, Helen était certaine -elle l'avait toujours été- que de converser, de croire en quelqu'un pouvait lui redonner courage et confiance en la vie. En prison, tandis qu'elle se faisait gardienne d'un univers sombre et remplis de perversion, elle avait su se faire apprécier des taulards, des cas désespérés en leur offrant une certaine écoute. Peu importe que ses collègues clament que c'était peine perdue, elle voulait essayer ! Et puis, qui tente rien n'a rien ! De plus, Caleb était passé par là, à tord, elle en était sûre et d'autres avaient du subir la même chose. Ne serait-ce que pour ça, chacun méritait sa chance et même, une seconde chance. Au diable Rousseau, au diable « l'homme est naturellement mauvais » ! Elle croyait en l'homme et voulait se le prouver chaque jour un peu plus.

Mais enfin, pas aujourd'hui ! Cet … ce … Mark ! Irrécupérable, irritant au plus haut point, il l'agaçait tant en cet instant, qu'elle l'aurait fort bien étranglé ! Étranglé, coupé en petits morceaux et dispersé un peu partout dans les zoo ! Si seulement … il la regardait avec cet air goguenard et suffisant. Certain de sa puissance et de son charme. Pour le deuxième … peut-être que certaines raisons pouvaient l'excuser. Len savait tout de même reconnaître un homme … plutôt bien constitué. Mais ?! Qu'est ce qu'elle venait de dire ?! Non, non, rayons ça de la liste ! Elle ne pouvait tout de même pas penser en ces termes de ce … cet énergumène à la fierté mal placée et au passé trouble !

Helen était fatiguée, énervée et éprouvée moralement. Ce n'était pas le bon jour. Mark allait payer cet affront. Bon, il n'avait fait que lui faire remarquer une toute petite vérité … sa politesse très négligée mais elle ne l'admettrait pas ! D'accord, peut-être qu'elle pouvait relativiser et ne pas rentrer dans son jeu, il … oh ! Oh ! Mon gars ! Pose ton fessier ailleurs ! Ah non, là c'était trop fort ! Monsieur se permettait une familiarité avec sa voiture, Sa voiture ! Au diable la bonne résolution. Vengeance ?

HELEN ▬ Vous ! ...

*Oh oui, Bravo Helen ! Quel acte d'une extrême violence que ce mot lancé sans gentillesse aucune ! Il a du avoir très mal ! Réessaye pour voir ?*

HELEN ▬ Mes « petits soucis de mécanique » ne regarde que moi ! Et ce n'est certainement pas la pire gueule d'ange du pays qui aura la permission de s'asseoir sur mon véhicule !

Un accent sur le « mon ». Un « pire » lancé comme une grossièreté. La jeune femme se rapprocha de Mark et croisa les bras, le regard fusillant son fessier. Aucun commentaire sur celui-ci ! Censuré ! Il était hors de question de remarquer des atouts qui ne devraient pas être chez un horrible personnage tel que lui ! Même si elle devait reconnaître qu... non ! Mais c'est pas vrai ?! *Regarde ses yeux d'idiot Helen, regarde ses yeux !* Maigre consolation, cela ne fut que l'énerver d'avantage et finalement, quelque chose, un mot dans les paroles du jeune homme la firent réaliser ce qu'elle n'aurait pas penser.

HELEN ▬ Non, dites-moi que je rêve ?! Qu'est-ce que vous avez fait à ma voiture ?! Je vous jure que si vous ne réparez pas ce que vous avez fait, je …

*Allons, réfléchis … qu'est-ce que tu comptais faire ma petite Helen avec ta puissance verbale incomparable ?* Il l'énervait comme pas possible ! Et le pire, c'est qu'elle ne savait pas quoi répliquer ! Au lieu de quoi, elle souffla bruyamment et resta là, à observer le Wellington et se pincer la lèvre avec les dents dans l'espoir de se calmer et de ne pas envoyer sa main s'abattre sur la joue de l'impudent !

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Lun 9 Juil 2012 - 9:20

Mark jubilait. Il avait trouvé une victime à torturer et de premier choix en plus. Cette Helen Cosovic était une sacrée emmerdeuse et à en juger par la manière dont elle réagissait à sa vue, il avait vraiment raison de le penser. Elle semblait excéder de le retrouver ici quelques semaines après leur dernière entrevue, elle tenta de le montrer en le hélant d'un simple "vous!" alors que Mark prenait place sur sa voiture, en position dominantes, sa cigarette toujours en bouche. Il adorait l'effet qu'il faisait et Helen n'échappait pas à la règle malgré tout ce qu'elle voulait lui vendre.
Wellington fut encore plus ravi lorsque la jeune femme appuya ses pensées par "pire gueule d'ange". Le dealer savait pertinemment qu'elle souhaitait cacher une quelconque attirance par des propos tirés par les cheveux. Elle n'aimait peut être pas sa manière de voir les choses mais son air irrité ne pouvait pas tromper, Cosovic n'était pas meilleure qu'une autre en fin de compte. A ce moment, son sourire s'effaça quelques secondes en repensant à sa mère, en un sens elle était un peu comme Helen. Elle voulait donner la morale mais elle était la première à frapper son fils deux minutes plus tard. Il ne connaissait que très peu Cosovic mais il était certain qu'elle cachait quelque chose derrière cette façade d'angoisses et de dureté à l'égard de Mark.
Le criminel finit par lancer sa cigarette en faisant exprès que ce soit dans la direction d'Helen, un sourire large était réapparu et la machine était lancée. Il resta collé à la voiture de Cosovic tandis que celle ci s'avançait, un peu énervé et extrêmement malpolie aussi puisqu'elle en profitait pour poser son regard sur des endroits plus ou moins appropriés. Malheureusement pour elle, Mark avait intercepté ce regard incongru et cela ne fit qu'élargir son sourire charmeur.

Gueule d'ange? Je savais que t'en pinçais pour moi, Cosovic! Mon postérieur te remercie de toutes ses attentions au passage, c'est fort appréciable! Voiture, quelle voiture? Je dirais plutôt poubelle, ma jolie!

Il aimait faire éclater ce genre de vérités au grand jour et depuis que sa mère l'avait assassiné, il ne prenait plus de gants. L'insensible Mark Wellington s'amusait sans compter et tant pis pour les gens qui arriveraient dans sa ligne de mire. Quelqu'un comme Helen Cosovic ne se laisserait jamais démonter pourtant et cela le satisfaisait encore plus. Il se releva et s'approcha de la jeune femme en prenant garde de conserver cet air charmeur qui lui allait à merveille, il fallait l'avouer.
Helen était de plus en plus énervée tandis que le dealer s'amusait de plus en plus. Il avait bien fait de se trouver ici à cette heure là. Détruire l'humeur d'Helen et son véhicule par la même occasion était une source de plaisir extrême. Bien évidemment, elle ne mit pas longtemps pour faire le rapprochement et Mark ne comptait pas la satisfaire si vite. Elle tentait de le menacer mais ne termina pas sa phrase, franchement perturbée par le comportement de Mark qui, lui, avait collé son visage à dix centimètres du sien tout en posant sa main sur la frêle épaule d'Helen.

Sinon quoi? Tu arrêteras de me mater de la tête au pied pendant cinq minutes?! Et pourquoi ce serait moi la cause de tout ce qui va de travers dans ta vie? Je ne suis pas si omniscient, Cosovic!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Dim 15 Juil 2012 - 15:36


*Ne pas s'énerver, ne pas s'énerver. Se rappeler de la manière de couper une patate en rondelles … Non mais ?! Oublie ça ma fille !* Pas de violence. La violence engendre la violence. Merci l'orphelinat pour ces règles impeccables de conduite et pour lui avoir appliqué une conscience bonne à rien ! Mais c'était vrai quoi ?! Depuis quand sa conscience empêchait de penser à couper une patate … une patate à la forme de Mark ?! C'était totalement innocent et partait d'un bon sentiment non ?! … Vraiment, cette conscience ! Et dire que lui ne se privait pas de venir la narguer alors même qu'elle ne lui avait rien fait … pas aujourd'hui ! C'était invraisemblable le manque de savoir vivre de certains ! Elle n'avait tout de même pas revêtue sa peau de brebis égarée ? Mais enfin, pour que Mark décide de faire d'elle sa prochaine victime, sa cible pour lui permettre d'épancher son imbécillité et sa sauvagerie à l'occasion, il devait bien y avoir une raison ?! On ne venait pas volontairement dégrader une voiture, SA voiture pour ensuite attendre patiemment le propriétaire, ELLE, dans le but de simplement … simplement quoi ? La narguer ? L'embêter ? La rendre encore plus irritable et à fleur de peau ?
Et le voir jubiler, ce grand nigaud l'énervait très certainement. Se rappelant soudain ses cours de self-contrôle et … de self-défense, la jeune femme prêta garde au moindre changement d'attitude de l'homme en face d'elle. Une ombre sur le visage, furtivement apparente. Helen fronça un instant des sourcils, se demandant quelle torture il pouvait bien s'infliger à lui-même et aussi peut-être, quelles pensées tordues le traversaient ! Retour au présent. Mégot à terre, cible non atteinte, énervement réapparaissant au galop ! Pas possible, il l'avait visé ! Wellington savait ce qu'il faisait et il se faisait un malin plaisir à la faire enrager. Elle fonçait droit dans son piège. Un sourire goguenard sur le visage, suffisant, il lui répondit et Helen se fustigea de son langage précédemment. Quelle gourde ! Qu'est ce qui avait pu lui prendre de dire pareille chose … il n'allait plus se sentir. Un regard paniqué et une expression choquée sur le visage, la brune mit un instant avant de sortir de cet état. Enfin, un sourire moqueur apparut. Le jeu.

HELEN ▬ C'est de l'ordre du cauchemar ! En pincer ? Pour vous ? … même pas en rêve !

Quant à sa voiture :

HELEN ▬ Dans ce cas, j'ai peur que votre fameux fessier n'ait quelques traces de « poubelle » sur lui. C'est tellement dommage, enfin … qui se ressemble s'assemble !

Et voilà, pleine face, un petit contraire de ce qu'elle a pu penser plus avant … Elle espérait lui avoir rabaissé le caquet tiens ! Et puis qu'il en ressorte une paire, de conneries, si ça lui faisait plaisir, elle était plus à ça près ! Près ? Près ! Mais qu'il s'éloigne le bougre ! Et non, il se rapprochait encore. Malgré son air … avenant, la jeune femme ne se laissa pas berner mais afficha presque une mine catastrophée et paniquée. Après tout, elle le connaissait peu. Elle pouvait s'être trompée sur son compte. Elle avait presque peur. Une main sur son épaule, elle ne se dégagea pas mais fixa son regard dans le sien. Entrer dans son jeu, juste se montrer à l'opposé de ce qu'elle était chaque jour. Pourvu que la psy ne voit pas la scène ! Un sourire conquis et un nouveau rapprochement, elle posa une main à son tour sur son épaule et glissa son visage jusqu'à son oreille :

HELEN ▬ J'avoue. J'admirai ce corps et il est vrai qu'il est plutôt tentant … de le découper en menu morceau jusqu'à ce que les chiens y voient un steak bien saignant !

Commencement d'une voix suave, fin dans un ton ferme, fort et glacial. Helen s'était éloignée brusquement de lui jusqu'à être à bonne distance.

HELEN ▬ Bien évidemment, j'aurai pu simplement user d'un coup de couteau mais ça pose toujours un problème de soulever un corps en un seul morceau. Apparemment, la meilleure façon de procéder est de découper le corps en 6 morceaux et de les mettre en tas. Une fois que vous avez vos 6 morceaux il faut vous en défaire rapidement parce que votre maman ne serait peut-être pas contente de les trouver dans le congélateur. Il semble que la meilleure façon soit de nourrir les porcs avec. Il faut les mettre à la diète quelques jours. Pour un porc affamé des morceaux de cadavre c’est du coq au vin pour un poivrot. Vous devez raser la tête de vos victimes et leur arracher les dents. Ce sont les seules choses que les porcs ne digèrent pas. Vous pourriez les récupérer après bien sûr mais vous n’avez pas envie de fouiller dans la merde de cochon je suppose... Enfin, je vous dis ça moi, mais suis-je bête … c'est un précepte que j'appliquerai en première donc malheureusement, vous n'aurez jamais la possibilité de tenter la chose … c'est bien dommage, hein Marky ?

Après avoir pris un ton calme, presque un ton de confidence, Helen avait redonné un nouveau regain de bonne humeur à la fin de sa tirade. Un grand sourire sur le visage, elle observait Mark Wellington, fière d'elle.

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Jeu 19 Juil 2012 - 11:34


Helen Cosovic, une emmerdeuse? Elle était bien pire que cela. Elle se complaisait dans son attitude supérieure et à en juger par la qualité de son matériel technique, elle n'avait pas de quoi se vanter. Ceci dit, Mark s'amusait toujours comme un fou quand elle était dans les parages. Elle avait la patience d'un tigre affamé, autant dire que les gazelles n'avaient qu'à bien se tenir quand Cosovic arrivait dans leur horizon. Faible métaphore pour indiquer que Wellington adorait la faire enrager pour la simple et bonne raison qu'elle méritait ces petites attentions mesquines comme aujourd'hui.
Il n'avait pas fait grand dégât. Sa voiture était déjà dans un état de déchéance avant même qu'il passe dans le coin. Au moins, elle aura quelqu'un à blâmer au lieu de s'apitoyer sur son triste sort. Mark continua donc son petit jeu à coups de sourires charmeurs, positions alléchantes et regards amusés. Les réactions d'Helen ne se faisaient pas attendre très longtemps, le coup de la cigarette l'avait déjà choqué. Quel bon début, c'était un cinquante points pour Mark. Elle réfuta directement son attirance plus qu'évident pour lui et ajouta de la même manière dans un langage plutôt cru qu'il n'allait de pair qu'avec son piètre véhicule. Mark explosa de rire, mon dieu ce qu'Helen Cosovic était drôle.

On t'a jamais dit que t'avais un humour décapant? Ta voiture en aurait bien besoin d'ailleurs... Ceci dit ma chère, regarde autour de toi, qui on regarde à ton avis, toi et ton look de nonne ou moi rameutant le succès autour de ta poubelle?


Joute verbale. Une habitude qui les tenait ces deux là. Il fallait dire que leur incompatibilité chronique les poussait à s'envoyer des horreurs en permanence. Pourtant, Helen commença à s'aventurer dans des chemins plus sinueux. Mark savait qu'elle avait des tendances psychopathes mais à ce point, c'en était effrayant.
Cosovic commença à faire l'éloge d'un découpage efficace de sa personne. Heureusement que Mark n'était pas choqué facilement, les vieilles dames auraient changé de ville en moins de deux. Les menaces de mort, il en avait reçu des centaines et venues même de ses géniteurs, il était habitué à cette méthode qui ne fonctionnait plus du tout sur lui.

Ouhh, j'ai peur. Tu serais même pas capable d'arracher une patte à une araignée alors abîmer un si joli corps, ce serait au dessus de tes forces, ma jolie.

Il ne bougea pas de sa voiture et s'alluma une autre cigarette en plantant son regard dans celui d'Helen, pas le moins du monde effrayé par ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Jeu 19 Juil 2012 - 18:42


Rien n'y faisait … il était vraiment infernal ! Un beau diable ! Un parfait … ridicule, horrible, nuisible et vicieux spécimen de l'abruti né ! Et puis son look de nonne, vous savez ce qu'il lui disait ?!! Non mais c'était tout de même le comble, aller chez le psy pour se sortir de ses maux et surtout se détendre tout en se confiant et voilà que l'après midi se finissait par une véritable crise de nerfs. Le pire dans tout ça … Mark était l'instigateur de cette humeur, il la cherchait et la trouvait … elle sautait à pied joint dans les filets qu'il avait installé pour réceptionner son mauvais caractère. Oui, elle l'admettait, elle avait mauvais caractère mais enfin ce n'était pas une raison pour venir et lui donner des envies de meurtres. Sincèrement … s'il n'y avait pas eu ces passants qui prêtaient attention à la scène depuis son haussement de ton, elle aurait déjà privé l'homme de ce qui faisait tant la fierté de ses comparses ! Il aurait pu chanter soprano et imiter le rossignol après ça, elle le jurait ! Malheureusement, Helen ne pouvait se permettre cet écart en public … elle aurait fini par passer la nuit au poste quoique … on lui offrirait certainement une médaille pour servir rendu ! Se débarrasser de Wellington, ça devait véritablement être récompensé ! A bien y songer, si la prime était bonne, elle considérerait autrement sa tirade sur le découpage en six morceaux bien distincts...

HELEN ▬ Ah oui, pas capable ? Vous voulez voir ?

Menaçante, pas tant que cela. Il n'avait même pas paru troublé par son langage à deux francs de boucher ! Helen se rapprocha de nouveau de Mark et serra le poing. Si seulement … si elle avait ses deux mains comme tout le monde, elle l'aurait bien secouer comme un prunier pour y récolter les fruits mûrs mais, semblait-il, ils étaient tous pourris ! Au lieu de quoi, elle laissa son poing solidement serré avant de le cogner contre l'épaule de l'abruti, plus rageuse que violente. La douleur irradia son bras entier … elle avait sans doute eu plus mal que lui et son geste avait été inutile mais qu'importe, elle avait une envie fulgurante de le frapper !


HELEN ▬ Mais enfin comment fait-on pour se débarrasser de vous ?!

Exaspérée au bord de l'hyper-ventilation, elle ne pouvait même plus s'énerver, désespérée elle le fixait bien durement.

HELEN ▬ Pourquoi, hein ? Vous voulez bien m'expliquer ? Pourquoi toujours décider de partir sur de mauvaises bases et de ne vous soucier de rien ! J'ai peut-être l'air d'une nonne mais vous sous vos airs de monsieur je m'en foutiste, vous cachez bien des choses. Quand je pense que j'ai cru que vous aviez aussi un bon fond … que d'erreur de jugement. Je serais vous, je ne me vanterai pas d'un physique qui n'a rien de plus exceptionnel qu'un autre. Va falloir vous y accommoder, vous êtes comme tous dans ce bas monde et même si vous êtes encore jeune, j'attends de voir à quoi vous ressemblerez dans dix ans, pourri par la nicotine et affichant un sourire édenté qui n'aura plus rien de charmant.

Pour le coup, elle était dépitée. Énervement, exaspération, désolation. La pression retombait d'un coup et des larmes rageuses auraient pu passer la barrière de ses cils mais elle préféra insulter intérieurement, de mille manière, l'homme qui se tenait face à elle plutôt que de paraître plus faible encore devant ce gigolo qui se croyait maître des lieux et pourquoi pas, maître de l'univers !

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Sam 21 Juil 2012 - 11:27


Mark arborait toujours un sourire des grands jours. Il constatait qu'Helen commençait à être plus qu'agacée par son comportement et cet effet lui procurait un bien fou. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été à l'origine d'une crise de nerfs digne de ce nom, il savait dès le départ qu'Helen était la cible parfaite pour lui.
Celle-ci tentait de le menacer mais Mark ne réagissait que très peu. Les menaces, il en avalait tous les jours et après tout, il avait fini par mourir parce qu'il avait été honnête pour une fois. De ce fait, Mark s'en fichait royalement de ce qu'on pensait de lui et encore moins de ce qu'on voulait faire de lui. Il était déjà mort, qu'est ce qui pourrait lui arriver de pire? Supporter Cosovic peut être, c'est vrai.
Quoiqu'il en soit, à écouter les jérémiades de son interlocutrice, Mark était revigoré. Se débarrasser de lui? Etrange idée et franchement inconcevable.

C'est impossible, Cosovic. Ca a déjà été tenté et peu concluant. Même mes parents ont essayé, vois tu, et au final, la seule solution a été de me tuer. Sympa hein?

A ce souvenir, il eut un sourire ironique. Il n'en revenait toujours pas deux ans plus tard. Sa propre mère. Même pas capable d'exposer sa haine autrement que par la violence, après tout ce qu'il avait fait pour eux. Il ressassait cette expérience douloureuse quelques instants avant de revenir au sujet présent.
Helen serrait les poings, le regard haineux alors que Mark fumait tranquillement et ne réagissait que très peu aux affirmations de la jeune femme. Pourri dans dix ans? Il s'en accommoderait. Il avait survécu jusqu'ici et plus rien ne l'effrayait. Il jeta sa énième cigarette avant de poser son regard sur Cosovic.

Qu'est ce que tu veux Cosovic? C'est comme cela que ça se passe chez les Wellington. On s'en fout des autres pour la simple et bonne raison qu'on s'en fout de nous même. Le plaisir avant tout, tant pis pour le futur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Mer 1 Aoû 2012 - 14:28


Une explication, peut-être, enfin ! Elle n'avait pas demandé cela dit et voulait se persuader qu'elle s'en moquait mais la vérité ? Len voulait savoir ce qui pouvait le pousser à agir ainsi, à se comporter de cette façon. Il était fier, totalement imbu de lui et pourtant, décelable au fond de cela, un certain mal-être. Il ne s'aimait peut-être pas autant finalement. Après tout, ne disait-on pas qu'il fallait commencer à s'aimer soi-même avant d'aimer autrui. Wellington était plutôt mal parti ! Et pourtant, même encore à cet instant, Helen savait qu'elle pourrait passer autre ses défauts flagrants pour faire ami-ami mais l'homme était ce qu'il y a de plus acharné et il avait décidé de l'enfoncer et de l'énerver au plus haut point. Monsieur jouait. Il se croyait dans son petit royaume ? Sur un échiquier dont elle ne serait qu'un pion, soumise au bon vouloir de ce grand personnage ?… Crédule ou juste dans un univers parallèle, Mark finit par parler. Elle grappilla ce qu'elle put d'informations personnelles. Il venait d'avouer le comment de sa mort. Que taisait-il encore ? Quels secrets pouvaient-ils le rendre ainsi ?

Encore une cigarette, encore un geste désinvolte. Elle souffla un bon coup et l'énervement retomba. Rien que de savoir maintenant, certaines choses qui pouvait excuser son comportement, Len s'en portait mieux. Bien sûr, il restait ce très énervant personnage et elle se doutait que jamais il ne pourrait ne serait ce que s'ouvrir plus devant elle alors qu'il semblait ressentir un sentiment haineux à son égard, chose qu'elle ne s'expliquait finalement pas, mais elle savait maintenant qu'à défaut de prendre sa source dans ce problème, son caractère et sa façon de se comporter avaient été fortement marqué par la raison de sa mort. Cela l'avait rendu pire encore.

HELEN ▬ Alors c'est ça … ce que vous avez vécu est horrible et l'est tellement pour vous que d'une façon vous avez besoin de vous venger sur n'importe qui. Et mais : toc toc, y a du monde la dedans ! Faut vous réveiller, la vie ne consiste pas simplement à prendre du bon temps en rendant la vie des autres impossible ! Vous pourriez faire d'autres choses, travailler, sortir avec des personnes que vous appréciez … alors je sais bien que vous me direz que cela ne me regarde pas ou simplement que vous vous en foutez et préférez me détester mais moi, je ne vois pas l'intérêt de continuer ce jeu et de vous déprécier !

Paroles calmes, posées, elle avait réussi à se calmer.

HELEN ▬ Et de toute façon, si je continuais, même avec ma faible force comme vous dites, je finirais par tout de même vous abîmer … et non, pas un mot ! Le mot abîmer ne veut rien dire d'autre que ce pour quoi je l'emploie alors pas la peine de vous imaginer au centre de l'univers où toutes les femmes en pinceraient pour vous et rechigneraient à abîmer ce corps que vous semblez plus chérir que tout autre chose !

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Jeu 2 Aoû 2012 - 13:08


Comment passer d'un morne après midi à un moment clairement amusant? Il suffisait de croiser l'ombre de Cosovic au détour d'une ruelle et s'amuser un peu avec ses nerfs. Pourtant, depuis quelques minutes, la configuration de la conversation changeait quelque peu. Malencontreusement, Mark avait dévoilé quelques moments intimes de sa vie, enfin sa mort plutôt. Il a été tué par sa génitrice et Helen le savait désormais, il s'attendait à subir sa morale qui se voulait salvatrice. Cette femme ne manquait jamais de le rabaisser au moins que rien qu'il était. Wellington n'en tenait pas rigueur la plupart du temps, c'était bien Helen. Elle pensait qu'elle valait mieux que lui mais au final, il en doutait. Il était certes un sacré voyou de première classe avec une intelligence moyenne mais il savait ce qu'il valait, on lui avait suffisamment répété tout au long de sa vie. Concernant sa camarade, c'était tout autre chose: elle se complaisait dans ses illusions et Mark n'avait pas envie de mettre fin à ses rêves alors il écouta son piètre discours sur son savoir vivre plus que médiocre. Oui, il était invivable et aimait qu'on le haïsse, c'était de cette façon qu'il empêchait les individus quelconques de pénétrer dans son monde.
Il ne croisa pas son regard, hochant la tête ironiquement après quelques pauses opérées dans son discours. Lorsqu'il sentit qu'elle avait terminé, Mark se remit sur ses deux jambes et la regarda finalement.

Facile à dire quand on s'appelle Cosovic. Crois moi ma belle, il y a des choses qu'il ne faut pas tenter quand on est un Wellington et ne me fais pas croire que tu souhaiterais avoir un rendez vous en tête à tête avec moi alors ne me fais pas croire à ta saloperie de discours...

Il parlait d'une manière neutre, sans colère ni impatience juste avec un air de solitude. Il était meurtri, la vie ne l'avait pas épargné, ses cicatrices étaient douloureuses et il fallait que tout le monde paye pour ce qu'on lui avait fait. Certainement qu'il agissait comme un enfant mais quand on n'a pas eu la chance de vivre une adolescence normale et aimée, il fallait savoir se défendre du mieux qu'on peut. Alors, il souriait à Helen avec cette indifférence feinte parce qu'il n'avait plus que cela pour survivre au Skyline.
La suite de l'intervention d'Helen le fit clairement rire, à croire qu'elle ne pensait qu'à cela quand elle le voyait. Il s'approcha de nouveau, tentant de contenir ce rire qui pointait encore le bout de son nez.

Cosovic, c'est fou ce que t'as des pensées perverses. Tu crois vraiment que cela m'avait effleuré l'esprit? Le tien sûrement par contre... Et je ne vis vraiment pas comment tu pourrais faire cela, il n'y a plus grand chose à abimer chez moi! Je peux peut être tenter d'arranger cela pour toi néanmoins.

Et un sourire coquin. Elle s'amusait à le rembarrer, lui s’amusait à la pousser dans ses retranchements, c'était de cette manière qu'il adorait passer ses après midis..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Ven 3 Aoû 2012 - 12:45


Des erreurs, des fautes graves, encore des erreurs … moralité, tournez sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Tout ce qu'elle pouvait dire, il le comprenait de travers ou alors voulait le comprendre de travers. Il ne lui laissait aucun répit dans ses mots et elle ne pouvait même plus s'exprimer librement sous peine d'être prise pour quelqu'un qui pourrait … non impossible ! Quelqu'un qui pourrait être attiré par Wellington. Franchement et clairement impossible ! Il était irrécupérable, bon à claquer et à envoyer en maison de correction. Bon, d'accord, elle l'infantilisait peut-être pour éviter de voir les choses en face mais quoi ?! C'était tout de même impossible qu'il puisse l'attirer d'une quelconque manière, si ce n'était pour le mijoté de restes humains ! A l'instant, tout un tas de scénarios plus morbides les uns que les autres émergèrent de son inconscient et elle se voyait très bien faire subir quelques tortures à l'homme ! Non mais attendez ! Pas de torture dans ce sens là … n'allez pas pensez de travers comme l'autre imbécile heureux ou malheureux ! La jeune femme n'avait pas pitié de la vie qu'il avait eu, elle n'avait pas non plus considéré cela comme un retour mérité. Personne ne méritait ce genre de mort. Elle compatissait sans doute et regrettait de n'avoir pu partir sur de meilleures bases avec lui. Mais maintenant, il avait bien l'intention de rendre sa vie impossible et Helen ne se laisserait pas faire. Il voulait la contrer sur n'importe quel sujet, il ne voulait pas admettre qu'il était possiblement meilleur que ce qu'il laissait paraître.

HELEN ▬ Parce que tu voudrais quoi ? Que je te dise que tu es un cas désespéré ? C'est cela que tu t'attends d'entendre de tout le monde. Désolée, ça ne marchera pas comme ça avec moi. Je ne vais pas t'enfoncer la tête sous l'eau alors que je pense que, comme tout le monde, tu mérites quelque chose de meilleur. Arrête de vouloir passer pour un martyr. Tu es capable de bien mieux que te cantonner à un rôle qu'on t'a prédestiné.

Toujours calme, elle ne voulait pas se laisser emmener à nouveau sur le chemin de l'énervement même si c'était ce que voulais sans doute Mark Wellington. Mark Wellington qu'elle avait cessé subitement de vouvoyer, pourquoi ? Comme ça, parce que ça lui paraissait plus simple. Parce que, maintenant qu'elle savait certaines choses sur lui, pourquoi jouer les étrangers et feindre de ne pas le connaître alors qu'il lui avait laissé entrevoir bien malencontreusement ce qu'avait été sa vie.

HELEN ▬ Tu dois bien avoir un but dans la vie … autre que de me pourrir l'existence.

Quant à la suite de la tirade de Wellington, Helen haussa un sourcil. Il en faisait tellement exprès de faire l'ignorant innocent alors que les insinuations émanées de lui. Elle eut une moue amusée. C'était son terrain le jeu, il revenait quoiqu'on puisse dire.

HELEN ▬ Je suis sûre que je peux bien trouver quelque chose à abîmer. Je n'ai pas un oeil sur tout mais il semble que certains endroits soient encore indemnes, ça ne va pas du tout. Tu veux peut-être que je t'aide à arranger ce détail ?

Mieux valait ne pas répliquer à sa toute dernière phrase mais lancer sa pique dans les normes. De toute manière, il interprétait tout de travers, alors pourquoi ne pas dire tout ce qu'elle voulait même si en conséquence, la jeune femme finirait par s'énerver de son comportement et de ses réponses. Presque, elle n'avait plus rien à perdre dans cette altercation.

_______________


Dernière édition par Helen Cosovic le Mer 15 Aoû 2012 - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Sam 4 Aoû 2012 - 20:47

Mark n'admettait jamais quand il avait tort. De la même manière, les faits les plus morbides de sa vie, il préférait les transformer en moments comiques. C'était ainsi qu'il évacuait le chagrin, la peine de ces dernières années. Son physique, pourtant, ne mentait pas. Tout dans son attitude faisait penser à un homme blessé par la vie sans compter les cicatrices qui parsemaient son torse autrefois si parfait. Aujourd’hui, il n'était qu'un cas désespéré qui voulait rendre la monnaie de sa pièce. C'était impossible, il n'avait jamais trouvé comment attirer un vivant au Skyline, ses parents étaient bien loin de la punition qu'ils méritaient.
Alors Wellington profitait de personnes comme Helen Cosovic, la sachant dur envers les autres et en même temps extrêmement compatissante. Elle en montrait un exemple en refusant de le traiter comme un martyr, elle voulait être sur un pied d'égalité avec lui même si on ne le devinait pas vraiment dans ses excès de colère contre les plaisanteries enfantines de Mark. Le délinquant sourit devant l'optimisme sans faille de sa camarade, il ne croyait pas vraiment en ses paroles vides de sens, pour lui, la vie avait un goût différent.

Wow, merci Cosovic pour ce discours digne d'un grand politicien. Malheureusement, je me dois te contredire. Je ne joue aucun rôle, je continue à être le bon vieux Mark que j'ai été toute ma vie, tu sais, celui que tu détestes fermement.

Un rire s'échappa de sa gorge. Au fond de lui, il savait bien que la jeune femme marquait un point mais il ne l'avouerait jamais. Il était l'indomptable Mark Wellington, un homme insaisissable qui jonglait entre la folie et les plaisirs de la vie et ce n'était pas prêt de changer.
Helen continua de vouloir le convaincre. Un but dans la vie? Vivre au jour le jour, profiter de ce qu'il pouvait avoir, des gens alentour, c'était cela son but. Ne pas en avoir en somme, il était en marge de la société et ne comptait pas changer de si tôt.

Un but? Tu m'en demandes beaucoup là. A part te faire monter sur tes grands chevaux? Je t'avoue que vivre au jour le jour, c'est tout ce qui m'importe.

Il enveloppait la réalité par des mensonges énormes. Mais, il ne souhaitait pas se dévoiler plus. La vulnérabilité n'était pas son fort tout comme le sentimentalisme d'ailleurs. Il continuait de sourire devant l'air patient d'Helen.
Ils repartirent de plus belle sur la torture. Mark transformait ses propos délibérément pour la faire craquer. S'il pouvait gagner quelque chose de Cosovic, il accepterait sans hésitation. Il fut pris d'un fou rire devant les répliques de la jeune femme. Sa répartie était remarquable, il devait l'avouer. Il ne s'amusait pas autant avec d'autres personne, c'était certain.

Oh ma chère Helen, je vois clair dans ton jeu. Tente de passer outre ta haine passagère, on se doute tous les deux de ce que tu préfèrerais faire. Les apparences ne trompent pas ma belle!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Mer 15 Aoû 2012 - 8:51


Parler à un mur aurait été plus convaincant ? Sans doute … au moins le mur savait se taire quand il le fallait. Wellington était vraiment désespérant et ne se laissait convaincre de rien. Il ne serait pas facile de lui insérer dans le crâne qu'il n'était pas ce « bon vieux Marky », l'homme qui se voyait sans doute comme la dernière des raclures. Helen n'avait toutefois pas envie de laisser tomber et de lui donner satisfaction quant à ce qu'il voulait être. Personne n'était cramponné à sa condition pour le restant de ses jours … sinon, la jeune femme serait bien restée cette personne lève tard, toujours en retard, qui prenait la vie à la plaisanterie et se disait pourvu d'un humour et d'un sens de l'auto-dérision déconcertant, chose qui était loin d'être véridique à l'instant présent. Tout le monde avait la possibilité de changer, en bien ou en mal. De prendre des décisions qui le mèneront sur une autre route que celle empruntée jusqu'alors. De sortir du chemin tout tracé et de sillonner sa propre route. Avec un peu d'aide, Mark pourrait changer de voie. Bien sûr, la brune admettait que pour cela, elle allait devoir se bagarrer avec lui … peut-être même user de ruse mais elle ne le laisserait pas à ce qu'il se complaisait à être. : un marginal qui se fichait bien du lendemain et qui ne comptait vivre que sur ses désirs et ses envies. Il se croyait libre ainsi ? Mais est-ce une liberté que d'être prisonnier de ses désirs et de n'avoir de cesse que de les assouvir ? Est-ce une liberté que de devoir n'être régit par eux et d'abandonner toute raison qui est la maîtresse de l'évolution ? C'était plus une régression à l'état d'animal, régis par ses émotions, qui ne prête attention à rien d'autre qu'à lui et encore ! Tous les désirs ne sont pas bons être assouvis, certains se doivent de demeurer des désirs … il ne prêtait donc que peu d'attention à lui-même.

HELEN ▬ Ça te fait tant que cela peur de changer hein ? Tu as peur de quoi, de ne plus reconnaître un homme dépravé lorsque tu regarderas dans le miroir ? Peur de t'abandonner toi-même ? Tu t'aiderais au contraire. Et celui que je déteste n'est pas toi mais celui que tu prétends être et que tu te complais à faire ressortir … mais ce n'est pas toi. De ce que tu as vécu, tu en fais une faiblesse, comme quelque chose qui t'aura cassé, détruit définitivement … tu donnes satisfaction à cette mère que tu avais. C'est cela que tu veux ? Lui donner raison, lui donner satisfaction ? Moi qui pensait que tu étais un costaud et un rebelle prêt à tout pour la détruire … alors devient ce qu'elle ne voulait pas que tu puisses être … toi-même !

Son rire l'avait exaspéré, il en faisait exprès et elle avait une sombre envie de l'étrangler dans ces instants là.

HELEN ▬ Politicien, je n'ai jamais envisagé cette carrière et pour ta gouverne, cela m'étonnerait fort qu'un politicien se soucie de ce genre de choses auprès de ses concitoyens. Toi par contre .. même si le vocabulaire est à revoir, tu t'en rapproches plus … prêt à tout pour faire ce que tu as envie et dominer ce que tu peux et bien sûr, l'amour du billet et des pièces dorées.

Les yeux levés au ciel, excédée, Helen l'entendit prétendre qu'il n'avait aucun but ou tout du moins que son but était éphémère comme une journée l'était … précepte qu'elle s'était mise en tête de respecter à la suite du tremblement de terre.

HELEN ▬ Carpe Diem ouai … vivre au jour le jour, c'est très bien mais cela n'empêche pas les rêves … et tu vas me dire que tu n'as pas de rêve. Non attends, laisse-moi deviner, ton rêve serait de me faire mourir une nouvelle fois, d'énervement ? Ne t'inquiète pas tant va, viendra bien un moment où je laisserais ma place à Skyline et tu seras tranquille mais en attendant, permets-moi de te torturer un peu en t'aidant à vivre chaque jour … et d'éviter par la même occasion de donner raison à ceux qui t'ont envoyé à Skyline.

Devenir bavarde. Elle avait beaucoup à dire c'était tout. Bien sûr, Wellington devait en avoir marre de ses paroles, qu'importe, cela rentrait dans son crâne et s'imprimait dedans même pour un bref instant. Et puis, s'il croyait pouvoir se cacher indéfiniment devant cette façade de délinquant, dur à cuir, qui cassait tout sur son passage … c'était se méprendre. Son coté plus humain finirait par ressortir un jour ou l'autre. Et ce jour-là, Mark aura tant accumulé de douleur, de refus et d'autres douloureux souvenirs que le tout explosera fatalement. Il serait bien plus judicieux de se libérer en douceur de ce qui pouvait le faire souffrir plutôt que d'attendre le moment où cela deviendrait destructeur.

HELEN ▬ Skyline, c'est une nouvelle chance. Oublie ton passé, trouve-toi un chien, une femme, un homme, un cochon-dinde … quelque chose pour t'épauler chaque jour et commencer une nouvelle vie. Tu t'enfonces dans la précédente comme si tu refusais de l'abandonner. Tu refuses de l'abandonner Mark ? Tu refuses d'abandonner ceux qui t'ont fait du mal ? C'est diablement humain ça pour quelqu'un qui se dit dépourvu d'empathie quelconque !

Moquerie légère. Il était parfois bon de faire comprendre les choses de différentes façon. Façon sérieuse, façon fataliste, façon légère, façon … de différentes façons quoi …

L'aspect torture était revenu, le jeu dangereux ou simplement la satisfaction de trouver adversaire à sa taille, ils avaient tous deux du répondant, sans doute lui plus qu'elle mais ils pouvaient espérer une joute verbale tout de même longue et argumentée … peut-être.

HELEN ▬ Les apparences ? Je préférerais sans doute t'achever tout de suite plutôt que d'avoir à le faire plus tard mais je manque de matériel et comme je ne peux pas rentrer facilement chez moi sans Ma voiture que Tu t'es amusé à trafiquer … je me contente de venir briser ta tranquillité … même si tu as sans doute mis en panne mon véhicule parce que tu étais en peine de compagnie. C'est cela Marky ? Tu avais besoin de compagnie ? Pauvre chou ...

_______________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mark J. Wellington
22 juillet 1984 - 27 avril 2010
JE SUIS : Féminin J'AI : 25
ENTERRÉ LE : 24/06/2012
PROCHES EN DEUILS : 85
AVATAR : Ryan Gosling


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Ven 17 Aoû 2012 - 21:24

Mark commençait à montrer des signes de nervosité, cela n'était jamais très bon dans son cas, il était certainement à la limite d'une schizophrénie chronique. Dans tous les cas, il ne faisait que bouger dans tous les sens, tentant de ne pas prendre part au débat d'Helen Cosovic. A vrai dire, il faisait semblant de ne pas tout comprendre, passer pour un imbécile était beaucoup plus simple que d'accepter une vérité, aussi réelle soit elle. Mark n'avait pas l'habitude d'écouter une parole autre que la sienne, il avait plutôt l'habitude de représenter l'autorité dans la gestion de son réseau et c'était aussi pour cela qu'il aimait ces petites incartades avec Helen. Aimer haïr quelqu'un était un sentiment de force et de joie que Wellington ne voudrait partager avec personne.
Et là voila qui recommençait avec ses leçons de morale que Mark n'avait pas envie d'entendre. Sa vie lui plaisait bien de cette façon, il avait certainement l'impression que cela ne pourrait pas en être autrement, il était buté oui mais il n'avait pas d'autres manières de se protéger du monde extérieur.

J'ai peut être envie de lui donner satisfaction ouais. Après tout, y a une histoire de gênes, tu veux que je lutte contre ce que je suis? Ouah, les solutions à la Cosovic, je les retiendrais!

Un peu de sarcasme ne faisait de mal à personne, c'était certainement la meilleure façon pour Mark de lutter centre cette envie de tout balancer et d'arrêter la mascarade. Cela faisait bien longtemps qu'il faisait semblant, il ne s'était pas remis de sa mort et cela, personne ne pourrait rien y faire.
Bien sûr, après cela, Helen commença à l'agresser, attendant qu'il explose. Elle le voyait comme un être vil et clairement attiré par l'appât du gain. Ce n'était pas sa manière de voir les choses, il ne gardait que rarement un sou en poche, il en avait toujours manqué de toute manière avec ses junkies de parents.

Si tu le dis. Comme je te l'ai dit, crois toutes les horreurs du monde sur mon compte, je te donnerais raison.

Il fallait qu'elle continue, elle n'arrêtait pas de parler et le cerveau de Wellington allait exploser sous peu. Il n'aimait pas quand une joute verbale devenait un monologue amer. Et, rien ne semblait arrêter Helen désormais. Il arrêta de sourire et s'approcha d'elle avant de lui répondre, les sourcils froncés.

]Ouah, t'as envisagé de devenir psy'? Non, parce que tu viens de faire un diagnostic sur ma personne. Bien joué Cosovic, parler, ça te réussit et puis ça fera certainement avancer le problème.

Il lui tapota l'épaule, l'air hagard. Il s'en fichait à vrai dire. Le monde n'avait aucun goût pour lui. Personne ne l'attendait nulle part et il le savait. Jouer la comédie restait son seul réel plaisir et il ne voulait pas que la jeune femme lui retire ce plaisir simple avec ses simagrées qui avaient la couleur certaine de la vérité.
C'est à ce moment précis qu'elle s'amusa à rire de sa solitude. Avoir la compagnie d'Helen, il fallait être fou pour l'envisager. Mark se mit à rire franchement. Elle avait de la suite dans les idées, il fallait le reconnaitre alors Wellington prit un ton théâtral avant d'enchainer.

Oh oui, Helen, tiens moi compagnie, mon dieu, je me sens si seul!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helen Cosovic
† Feelings're intense; Words're rival †
14 janvier 1980 - 20 octobre 2009
JE SUIS : Féminin J'AI : 29
ENTERRÉ LE : 21/07/2011
PROCHES EN DEUILS : 6756
AVATAR : Stana Katic


† AVIS DE DÉCÈS †
RAISON DU DÉCÈS:
AVANT LA MORT:
APRÈS LA MORT:

MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   Sam 8 Sep 2012 - 18:06

Abandonné et verrouillé.

_______________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la passable rigidité rencontra l'excès ! MARK & HELEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: † RUES & RUELLES-
TOP PARTENARIAT

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com